lundi 21 novembre 2016

Cases sociales et Théorie des genres : Parlons-en !



Il y a une chose (parmi les nombreuses autres.) qui fait que je ne regarde plus la télé pour autre chose que les informations depuis plus de 4 ans : l’insistance systématique des pubs sur les cases sociales.

En ce moment, Noël approche : nous avons donc droit à un défilé de publicités plus socialement-normées les unes que les autres.

On y voit les petites filles qui veulent à tout prix que Papa Noël leur apporte ce superbe appareil photo rose ou violet ! Ou mieux : Cette Barbie blonde tellement girly avec sa superbe robe à paillettes. (Qui va couter une blinde a papa maman mais passons.)
Et les petits garçons qui veulent les gros camions de pompiers, les militaires, les robots soldats, les figurines de supers-héros gonflés à bloc de muscles et d'une testostérone virile et masculine, le tout en bleu, marron ou noir de préférence (Comme des vrais mecs !)

...Pourquoi ?

Qui a eut le droit de décider que les filles avaient envie de jouer avec des poupées à l'allure de mannequins anorexiques et que les garçons préféraient faire la guerre ?

Il a été largement démontré que c'était faux : posez dans une pièce une poupée "pour fille" et un jouet "pour garçon" et laissez un enfant prendre ce qu'il veut.
Vous pourrez observer quelque chose de dingue : l'enfant va jouer avec l'un ou l'autre sans distinction. Peut-être même qu'il va utiliser les deux en même temps !

Et si on laissait les enfants se faire vraiment leur propre liste d'envies quand il s'agit de leur offrir quelque chose au lieu de forcément montrer les pages roses des magazines aux petites filles et les pages bleus aux petits garçons ? Laissez les aller où ils veulent dans les magasins, s'égarer dans d'autres allées que celles vers lesquelles les parents conformés veulent les voir aller.

C'est certain : une petite fille sera plus encline à choisir des jouets "de fille" et un petit garçon des jouets "de garçon". Mais la société arrêterait de leur dicter ce qu'ils veulent, ça ne se passerait pas comme ça.
Il y a une incitation constante à la consommation ciblée, allumez la télé : les pubs vous harcèlent de cases sociales. Entrez dans un magasin de jouets : cases sociales (les belles allées roses et bleus séparées ♥).
Allez même en convention si vous êtes du monde de Youtube ou des mangas : cases sociales. Les toilettes de Art To Play sont découpées en bleu/rose.

C'est vrai, la plupart des hommes que je connais aiment le bleu. Mais ma couleur préférée est le bleu. Je suis alors considérée comme un garçon ? Et mon grand frère dont la couleur favorite est le violet ? C'est une femme ? 

Pourquoi vouloir associer des couleurs aux genres ? Et dans ce cas : pourquoi n'avoir choisi que deux couleurs ? Parce que ça voudrait dire qu'il n'y a que deux genres et c'est complètement faux.

Aller, pour le fun on va en citer un ou deux :

- cis-genre (fille de naissance/garçon de naissance)
- Trans-genre
- Agenre (ceux qui ne se définissent ni comme femme ni comme homme)
- Genres fluides

 Liste non exhaustive

Rien que pour ça, il manque au moins 3 couleurs (bien plus puisque je n'en ai pas cité une grande quantité.)

En forçant sur les cases sociales, la société créer un malaise là où il ne devrait pas y en avoir. Chacun devrait être libre de jouer avec ce qu'il veut. Des parents ne devraient pas avoir honte que leur fils joue avec une superbe poupée Barbie pendant les repas de famille. Des parents ne devraient pas avoir honte que leur douce fillette s'amuse à la guerre avec ses cousines après avoir échangé leurs appareils photos avec les figurines militaires de leurs cousins.

Sans même parler des enfants et des jouets : les vêtements.

Pourquoi genrer des vêtements ? Bientôt on va genrer la nourriture hein. Ou même les animaux ! Aller, on va dire que les femmes achètent des chats et que les hommes achètent des chiens ! Autant continuer à fond dans le délire !

Pourquoi une fille qui porte des jeans est moins féminine qu'une autre en robe ?
Pourquoi mettre une robe c'est mal vu pour un garçon ? Ou une jupe ?
Pourquoi des chaussures seraient plus adaptées à des femmes qu'à des hommes ?
Pourquoi la caissière m'a regardé de travers quand j'ai acheté ma paire de chaussures venant d'un rayon masculin ?
Pourquoi on n'est pas libres alors que d'autres prétendent qu'on l'est ?

Les cases sociales créent un malaise. Elles sont un malaise. Et elles le sont d'autant plus lorsqu'elles empêchent une personne de se reconnaître dans sa société.

C'est gênant pour une personne agenre d'être regardée de travers lorsqu'elle passe tranquillement du rayon féminin au rayon masculin pour décider ce qu'elle va acheter.
C'est gênant pour une personne cis-genre aimant juste porter ce qu'elle veut de se faire refuser son achat en caisse parce que ce qu'elle veut acheter vient du rayon "destiné à l'autre sexe" et que cette personne est alors obligée de faire appeler un supérieur pour payer et s'en aller tranquillement.
C'est gênant pour les transgenres de devoir effectuer une transition : il ne devrait pas y avoir de transition à faire, chacun devrait être libre de porter ce qu'il veut, de s'identifier à ce qui lui semble lui correspondre le mieux pour être bien dans sa peau.

La théorie des genres prend place dans la société, peu à peu, mais les cases sociales n'aident en rien une adaptation et une acceptation rapide de la réalité des choses. Les gens évoluent. Les choses bougent, elles changent et il va falloir que la société s'adapte, parce que ce n'est pas à nous de nous adapter.

Les psychologues et sociologues sont déjà en train de faire de leur mieux pour comprendre les genres, pour leur donner cette validité qu'ont déjà les cis-genres. Mais il faudra aussi combattre les cases sociales.

Les mentalités doivent changer et c'est malheureusement (ou heureusement. Je ne saurais dire.) aux jeunes générations et aux futures générations de faire valoir ses droits. Le droit à l'acceptation. Le droit de porter ce qu'on veut. Le droit de jouer avec ce qu'on veut. Le droit d'être bleu quand on devrait être rose et celui d'être rose quand on devrait être bleu. Le droit de ne pas être une couleur. Le droit de s'identifier au genre qui nous correspond.

Le droit d'être libre.

Bien sûr, tout ceci n'engage que moi : c'est mon point de vue. Mais un peu plus de tolérance ne serait pas de trop.

Voilà.

Je vous invite à discuter de discuter de tout ça dans les commentaires respectueusement.

Une belle vie à vous tous, et n'oubliez pas que quelle que soit votre identité vous êtes valides, même si la société vous dit le contraire.

samedi 19 novembre 2016

Homosexualité, Acceptation et GPA : Parlons-en !

En ce moment, une petite polémique a lieu au sujet de certaines affiches de prévention qui montrent une étreinte entre deux hommes.
Ce léger remue-ménage (pour rien.) m'a donné envie de parler un peu de ce sujet qui me concerne comme il concerne pas mal d'autres gens : l'homosexualité et l'acceptation. (Bon, on va dire que le terme homosexualité englobe aussi la bisexualité, pansexualité etc d'accord ? Me tapez pas, c'est juste que je peux pas mettre tous les noms sinon j'ai pas fini...)

Pourquoi ces affiches font polémiques ? Et d'abord pourquoi l'homosexualité fait polémique ?
Pourquoi quelque chose de naturel et normal fait autant régir des gens qui ne sont ni concerné ni affecté par ça ?

Parce que oui, désolé mais en quoi le fait qu'une nana embrasse une autre nana gêne un couple hétéro qui se promène tranquillement ? En quoi le fait qu'un mec tienne la main de son compagnon dans la rue est censé déranger ce couple hétéro en train de boire son café en terrasse ?

"Je dis quoi moi à mes enfants ?"

Bah tu lui dit que l'amour, c'est pas que un homme et une femme et que c'est normal. Et ton enfant bah il sera heureux plus tard de pouvoir te présenter son petit ami du même sexe sans avoir peur de se faire jeter dehors.

Parce que ce n'est pas normal de devoir cacher ses relations à son entourage par peur d'être rejeté. Ce n'est pas normal et c'est dangereux.

Admettons : votre doux garçon (qu'on va appeler Isaac parce que j'aime beaucoup ce prénom) est homosexuel (grand bien lui fasse). Il rencontre un autre garçon : c'est le coup de foudre, ils s'aiment et, par le plus beau des hasard naturel, ils en viennent à faire l'amour.
SAUF QUE : papa et maman tiennent un discours homophobe donc il leur a caché sa relation et eux n'ont pas pu faire leur taf de parents responsable : la prévention.
Isaac, dans le feu de l'action, ne se protège pas avec son petit ami et là c'est pas cool parce que l'un des deux à une IST.

L'acceptation est importante et pas que pour ça.
C'est pas cool de grandir dans une famille qui nous fait nous sentir anormal. Ou en danger. Littéralement en danger : craindre de tomber amoureux parce qu'on ne peut pas présenter son ou sa petite amie, passe encore (en fait non, ça passe pas.). Mais craindre de dire à ses parents "j'aime les filles" ou "j'aime les garçons" (ou "j'aime les deux.") sous peine d’être jetés dehors ou engueulés et rejeté ce n'est pas une ambiance de rêve et ça pèse lourdement sur le moral.

J'en reviens à mon propos du début : les hétérosexuels.

Pourquoi est-ce que les hétérosexuels sont aussi dérangés par l’existence de l'homosexualité ?

En quoi le fait que les homosexuels veulent se marier, fonder une famille (oulala la GPA c'est pas bien, j'en parlerais après) ou tout simplement avoir le droit d'être ciblés pour des campagnes de prévention contre les IST dérange autant des gens que ça n'affecte pas ?



- Les hétéros ne payent pas de taxes pour que les homos puissent faire leur vie.
- Ils ne sont pas obligés d'embrasser des gays ou de coucher avec.
- Ils ne sont même pas obligés d'accepter ! Ils peuvent juste ignorer tout ça pacifiquement.

Mais non.
Ils font polémique.

"Toutes ces affiches à caractère homosexuel vont influencer mes enfants !"



Une sexualité ne s'influence pas, ce n'est pas un choix. Et puis bon, nous avons vu des couples hétéros à la télé toute notre vie, dans les séries, dans les rues, dans les livres, au cinéma, sur les pubs en grand : ça ne nous a pas influencés à être hétéros.

"Ces images sont obscènes !"

 Plus obscènes que les femmes en partie voir complètement nues pour vendre vos parfums et vos déos ? Plus obscènes que toutes ces productions érotiques (scènes implicites ou explicites à la télé...) ?

"Vous nous imposez votre sexualité !"

Parce que vous ne le faites pas ? Excusez moi mais : 99% des couples à la télé sont hétéros. Dans les livres c'est pareil. Les films. Les pubs sont explicitement hétéro-normées (la femme cherche à séduire l'homme et inversement) et j'en passe. Lequel impose le plus sa sexualité à l'autre maintenant ?

"Le mariage c'est sacré, la bible elle a dit Adam et Eve, pas Adam et Steve !"

Moui, excusez-moi mais pour le coup la religion stipule qu'on ne doit pas avoir de relation sexuelles hors mariage, qu'il est impossible de divorcer parce que le mariage est un lien entre les mariés et dieu et que coucher avec quelqu'un d'autre que son mari/sa femme c'est pas bien.
Aller, pour rire : combien parmi tous les hétérosexuels bien pensant voulant nous sortir de notre péché suprême ont respecté la parole sainte au lieu de nous la prêcher seulement quand ça les arrange ?

"La famille naturelle c'est une maman et un papa !"

Non. La famille naturelle, c'est un groupe de membres hiérarchisés et régis par des lois (cours de "Droit de l'enfant, des femmes et des familles", première année de psychologie).
DES familles oui. Parce qu'il est légalement considéré qu'il n'y a pas UNE mais DES familles : monoparentales, homoparentales, recomposées, etc...
Personnellement je préfère savoir un enfant heureux dans une famille homoparentale que malheureux dans une famille hétéro-parentale avec un père alcoolique et une mère absente.
(attention, je ne dis pas que toutes les familles hétéros sont horribles et je ne dis pas non plus que toutes les familles homos sont sainte : il y a de bons et de mauvais parents partout.)

Attention, le gros sujet qui fâche : La Gestation Pour Autrui (je vais pas me faire que des amis moi.)

Déjà je vais être claire : Je suis POUR la GPA.

Porter un enfant est quelque chose d'important etc et je ne le nie pas du tout. Être maman c'est quelque chose, on donne la vie !
Mais être papa aussi. enfin : être géniteur.
Il y a une différence et pour moi cette différence est importante.
Pourquoi un homme pourrait être le géniteur d'un enfant dont un autre homme sera le père et pas la femme ?
Pourquoi la femme ne pourrait pas être la génitrice d'un enfant dont une autre femme sera la mère, au même titre que le père ?

J'ai lu une personne qui disait que la GPA "va créer des orphelins"
Alors : non.
Non, parce que cet enfant est porté pour rejoindre ensuite une famille qui le veut mais qui ne peut pas l'avoir. Deux hommes ont le droit d'avoir des enfants. Un couple homosexuel doit pouvoir fonder sa famille.
De plus, une loi stipule que toute personne doit pouvoir avoir accès à sa filiation : un enfant né de GPA (ou même né sous X.) peut connaitre l'identité de sa génitrice. Et personne n'a dit qu'il ne devait surtout pas avoir de contact avec elle ! Pourquoi ces enfants ne pourraient pas vivre dans cette famille ayant besoin d'un recours à la GPA ET connaître/voir régulièrement leur génitrice s'il le veut et qu'elle le veut aussi ?
C'est sûr, c'est impossible pour une femme de faire comme si cet enfant n'avait aucun lien avec elle : elle l'a tout de même porté 9 mois et elle en a accouché (ce qui n'est pas rien.). Mais des femmes peuvent très bien accepter de porter un enfant pour d'autres. Accepter de prêter son corps. Ce n'est pas un crime. Ce n'est pas horrible. Ce n'est pas une déficience mentale.

Je vais vous parler un peu de moi : je ne veux pas d'enfant. Mais si un couple d'amis proches avait besoin d'une personne pour une GPA et que la GPA était légale, alors j'accepterais de réfléchir à l'idée de le porter pour eux. Parce que je n'en veux pas ne veut pas dire que je n'accepte pas de donner la vie. Pourquoi je ne pourrais pas utiliser cette merveilleuse condition qu'est la condition féminine pour aider des gens en ne faisant rien de plus que ce pour quoi mon corps est prévu alors que moi-même je n'en ai pas l'utilité ?

Après : ce n'est que mon avis. Je ne vous force pas à accepter la GPA tout comme je ne vous force pas à accepter l'homosexualité.

En fait, vous n'avez même pas besoin d'accepter.

Contentez vous de laisser en paix les gens qui veulent faire des choses qui ne vous regardent pas. Qui ne vous affectent pas. Et qui se foutent pas mal de votre acceptation.

Voila.

Je vais conclure tout ça sur quelques témoignages et vous invite à débattre en commentaire de tout ça (dans le respect des uns et des autres s'il vous plait, c'est pas un champs de bataille ici ♥)

LunaChuu : "Je suis bi et ma famille ne le sait pas (mis à part ma soeur), comme ma mère est assez homophobes (elle fait notamment quelques remarques) je ne me vois pas lui en parler, d'ailleurs j'en parle globalement très peu. J'accepte totalement ma sexualité mais je ne me vois pas en parler librement à ma famille."

Kupicar : "J’ai fait d’abord mon coming-out à la plupart de mes amis en même temps, en leur expliquant la pansexualité (et en disant que, non, être bi c’est pas pareil) et tous l’ont bien pris sauf une qui m’a dit que j’étais juste une homo qui s’assume pas, mais elle m’a rapidement laissé.
Pour mes parents, ils s’en moquaient royalement, je sais que mon père n’est pas vraiment d’accord avec les gens LGBT, mais il accepte parce que ça le regarde pas, et ils m’ont dit qu’ils s’en doutaient.
Quand je me suis mise en couple avec ma copine, tout le monde est venu nous dire que c’était super courageux et qu’on était trop mignonnes, même si certains étaient un peu hypocrites et parlaient dans notre dos après.
Les premiers jours, on venait nous voir pour nous demander si c’était vrai, et j’ai eu droit à quelques remarques très fines sur notre sexualité(pourtant inexistante), mais en même temps, c’est des collégiens.
Les quelques personnes qui n’acceptent pas et m’insultent quand je passe à côté se font engueulé par les autres(et un s’est fait cassé le nez), même si ce sont des gens « populaires ».
Les professeurs qui nous voient on toujours un petit sourire attendri, donc ça passe.
Et puis du coup je passe mon temps à répéter que je ne suis pas homo, et je fais ma propagande LGBT+, et j’ai provoqué plusieurs coming-out, en tout cas tout se passe bien."

Benjamin : "Personnellement, je suis pan (mais j'ai encore beaucoup de mal à différencier bi et pan) et j'ai toujours été transparent, parfaitement honnête avec ma famille... Cependant j'ai longtemps hésité à faire mon "coming-out" à mes parents.
Tout ceci était sans compter sur l'extrême intolérante de mon père... Radin, étroit d'esprit, d'une xénophobie ahurissante, il n'a jamais porté de parole haineuse envers la communauté LGBT+ mais il est facile de s'imaginer l'avis qu'il pourrait s'être forgé sur le sujet... Enfin il a quelques fois comparé un cousin homosexuel à une femme mais rien de plus.
Ayant été hétéro puis homo puis bi et enfin pan j'ai parfois avoué mon homosexualité à quelques potes du collège... enfin "avoué" est un bien grand mot car tous mes aveux s'étaient résumés à "Nan j'déconne !" car tous riaient et ne me croyaient en aucun point.
C'est au lycée (qui sonne pour moi comme "libération") que j'ai pu vivre (et je la vie encore aujourd'hui :-D) pleinement ma bisexualité car je me suis fait quelques ami(e)s qui l'acceptent parfaitement dont une qui partage mon orientation sexuelle ! Le mot de la fin sera que ma pansexualité ne me pose aucun problème et que le love pour tout le monde c'est cool ! Heureux d'avoir pu participer !"

Andy : "Pour être bref, j'ai 18 ans et j'ai "découvert" ma bisexualité/pansexualite vers août . Ma famille le sait pas, seulement une dizaine de personne le sait . Et je compte pas le dire à ma famille parce que je sais qu'il ne l'accepterons pas. Et la raison pour laquelle les gens le savent, c'est parce que eux aussi sont bi /homos/pan... j'ai peur de l'avouer aux gens. J'ai peur de la réaction des gens, je suis déjà très peu social, et bizarrement j'ai le don de m'entourer de gens peu tolérant face à la sexualité autre que hétéro , faire mon coming out reviendrais à un suicide social."

Otophobic : " Je suis bisexuel et agenre, je tiens énormément à mes parents... seulement ma mère est transphobe et homophobe. Heureusement je ne leurs ai jamais parlé de ça ni de quoi que ce soit d'autre, je me suis rendu compte de ma bisexualité à l'âge de 11 ans lorsque je suis tombé 'in love' d'une fille... malheureusement ma mère m'a toujours appris à aimer les garçons... à cause de ça j'ai commencé à m'auto-detester... ça a été vraiment horrible, je me suis renfermée sur moi-même et j'ai commencé quelque chose que j'allais profondément regretter : la mutilation. A cette époque j'étais très renfermé sur moi-même, je n'avais pas d'amis, ceux que j'avais n'aidaient absolument pas et la personne que j'aimais ne m'aimait pas. J'ai continué à me détester et à perdre du poids, je faisais 56kg et j'ai chuté à 45 en 2 mois.
Puis j'ai commencé à en parler à des personnes sur Instagram et ces personnes m'ont sorties de mon 'detestage' en m'expliquant que je pouvais aimer qui je voulais et être la personne que je veux (keur sur eux). Les mois passèrent et je me rendais compte que quelque chose n'allait toujours pas... Un truc qui me rendais en mal-être. J'ai commencé à me renseigner : je savais que je n'étais pas une fille, mais pas un garçon non plus. Je me suis rendu à l'évidence : j'étais agenre ou non-binaire. Puis je pensais à ma mère qui allait surement me détester et me faire vivre un calvaire quotidien. J'ai commencé à écrire plusieurs lettres pour leur expliquer ce que j'explique là, tout ça. Un jour (il y a deux semaines.) j'ai mal rangé une lettre et ma mère l'a trouvée et lue. Je m'en suis rendue le midi. Cet après-midi là elle ne m'a pas parlé une fois. Je savais pourquoi m'enfin...
Mes amis m'ont demandé si je voulais sortir et je leur bien sur dit oui, je devais me changer les idées... Le soir je suis rentrée et elle m'a fait signe de venir. Je me suis assise et elle m'a expliqué... que même si elle allait avoir du mal à l'accepter, elle m'aimerait toujours car je suis et resterais toujours sa fille."

Longue et belle vie tout le monde ♥

dimanche 17 avril 2016

Fouille N°4 : NeSo




Détails du lieu de la fouille :

-Fondateur(s) : NeSo

-Abonnés : 195 à ce jour

-Nombre de vidéos : 5

-Fréquence de publication : Chaque Mardi

-Nationalité : Belge

Ce que j’en pense :

Cette chaîne est encore jeune et je n’ai par conséquent que peu de matière pour établir un jugement en profondeur autant de son créateur que de son contenu. 

J’ai regardé tous les épisodes suite à une proposition faite par son créateur sur Mon Twitter. La nationalité de son créateur me donnant déjà envie d’aller jeter un œil (aillant une connaissance en Belgique), j’ai ouvert Youtube et ai donné quelques minutes de mon temps pour me pencher sur le sujet.

Soyons clairs, je ne suis pas là pour faire des éloges mais pour dire ce que je pense. Une critique constructive est nécessaire. 

NeSo débute, il est donc normal que les premières vidéos soient des expériences. On essaie, parfois on se trompe, on tâtonne pour tenter de parvenir au résultat escompté.

Le contenu des vidéos de ce Youtuber est un peu bancal, les vidéos traitées sont survolées (la première vidéos du premier épisode n’est même pas critiquée, NeSo se contente de dire que le but de cette vidéo est de manger un pot de Nutella sans les mains. C’est tout.) Quelques blagues sont faites pour égayer le tout mais l’humour n’est pas suffisant : il faut argumenter, critiquer les vidéos qui passent.

En regardant la première vidéo j’ai ressenti un manque, NeSo ne va pas assez loin dans ce qu’il a à dire sur les vidéos présentées. Il les a choisies pour passer dans son émission, il y a donc une raison pour cela mais la plupart du temps on ne peut pas comprendre pourquoi. Il n’y a pas d’analyse, pas de critique qui pourrait nous faire comprendre pourquoi cette vidéo plus qu’une autre méritait de passer dans cette émission. Parfois c’est juste drôle à regarder mais ça ne suffit pas. Rien ne nous est expliqué, on nous balance une vidéo visiblement comique ou dérangeante (malgré mon esprit bien forgé grâce à What The Cut, Salut Les Geeks et tous ces autres Youtubers je n’ai pas vraiment assumé le visionnage de la première vidéo du premier épisode.), on fait quelques blagues dessus et c’est tout. Pourquoi ? Pourquoi rester autant en surface ? Ou même pourquoi ne rien dire du tout ?
NeSo, joue avec tes spectateurs, invite les à se poser des questions (Pourquoi cet homme s’est-il dit que manger un pot de Nutella sans les mains était une bonne idée ? Pourquoi porte-t-il ce couvre-chef des plus… atypiques ? Pourquoi n'a-t-il pas de tee-shirt ?) N’hésite pas à entretenir une interactivité avec nous, ça nous donne envie d’être là, de regarder jusqu’au bout et surtout ça brise l’écran qui se dresse entre le Youtuber et son spectateur. Rien n’est plus plaisant pour un publique que de savoir que son existence ne passe pas inaperçue, que d’être invité à participer d’une certaine manière à la vidéo.

Les moins de la chaîne :

-Un contenu trop superficiel

-un format de vidéo déjà vu et revu qui peut donc lasser certains spectateurs

-Une musique d’intro plus forte que le volume global de la vidéo (qui m’a valu de mauvaises surprises, moi qui utilise des écouteurs très régulièrement)

Les plus de la chaîne :

-Une qualité image/son vraiment bonne

-Une présentation de chaîne personnelle et très agréable à regarder

-Un montage dynamique

-Un présentateur comique

-Un humour accessible

-Une durée de vidéo courte qui permet un visionnage entre deux cours, dans le métro, en pause au bureau…

-Un format de vidéo bien exploité (certes, c’est du réchauffé mais NeSo semble en faire bon usage en ne se perdant pas dans la copie un peu personnelle de contenu déjà existant et proposé)

-Une qualité de contenu qui s’améliore au fil des épisodes

-Des vidéos originales (pas toutes déjà vue dans les autres chaînes plus connues)

Conclusion de la fouille : Cette chaîne est jeune et doit donc être critiquée avec prudence et indulgence. Ce belge au grand potentiel a le mérite de s’être amélioré de lui-même de façon visible en l’espace de 5 vidéos et je pense et espère le voir s’améliorer d’autant plus durant la suite de son parcours sur Youtube. C’est une chaîne que j’ai découverte grâce à son créateur et que je vais suivre d’un œil attentif car elle a à mon avis un potentiel énorme et j’ai hâte de voir comment elle va évoluer, autant dans son contenu que dans sa présentation. Va-t-il se contenter de rester dans sa présentation classique ? Va-t-il trouver une façon de s’exprimer qui deviendra sa signature ? Va-t-il Développer un syndrome commun sur Youtube : le dédoublement de personnalité ? 

Je pense que NeSo ne va pas céder à la faciliter et va trouver sa propre voie, se faire son chemin, sa place et son publique sur Youtube et qu’il deviendra vite plus connu.

Si vous voulez vous faire votre propre avis, je vous conseille de suivre le lien qui va suivre pour visionner ses quelques vidéos. Ce n’est pas long, c’est plutôt drôle et qui sait, peut-être ajouterez-vous une nouvelle chaîne à vos abonnements Youtube ?


L’Archéologue du net.

vendredi 25 mars 2016

Fouille N°3 : Mr Yéyé




Détails du lieu de la fouille :

-Fondateur(s) : Yéyé Liquini

-Type de chaîne : Musicale

-Abonnés : approximativement 13 720 à ce jour

Ce que j’en pense : Mr Yéyé c’est une découverte musicale que j’ai faite il y a plusieurs années déjà… Aussitôt je l’ai partagée à mes amis les plus proches ! Un univers à base de rock français teinté de sonorités électroniques et d'autres influences telles que le reggae, le neo metal et bien d'autres choses qui saura ravir les oreilles d’un large public. En plus de composer lui-même textes et musiques, Mr Yéyé a aussi une forte proximité avec ceux qui le suivent, nommés les Space Cowboys (ou Cowboys de l’espace, les deux se disent.) et qui sont ravis de voir fleurir retweets, likes et réponses.



Le plus souvent ses textes sont engagés et permettent soit d’exprimer ses opinions sur des sujets parfois très sensibles voir tabous (comme la pédophilie, ne vous en faites pas j’ne parle plus loin) soit de tester de nouvelles techniques (comme Testostérone qui était juste faite pour lâcher un bon gros morceau bien rock histoire de bien lancer sa saison) soit juste de coucher son ressentit comme lors des attentats où il a écrit/composé/enregistré/publié très rapidement ‘’Nous n’avons pas peur de vous !’’, véritable hymne au courage, à l’union et à la rébellion contre le terrorisme et à ce qu’il tente de faire : Nous faire peur. Nous diviser.



Les chansons à écouter absolument :

À vrai dire, toutes ses chansons sont à écouter. Elles portent presque toutes un message fort qui saura presque immanquablement toucher ceux qui les écoutent, cependant je retiens 8 de ses compositions qui ont pour moi les sens les plus forts

1 & 2 : Prêt à tout et Je suis une étoile

Ces deux compositions sont des critiques du monde musical actuel.
Prêt à tout est une parodie de ‘’chanson type’’ à faire si on veut faire un tube qui montera en haut des classements de hits pendant quelques temps avant de retomber dans l’oubli, souvent accompagné de l’artiste. C’est une chanson d’amour  niaise basé –évidemment- sur un amour pseudo impossible avec un clip tourné sur la plage et un texte volontairement ‘’mauvais’’. Le champ lexical du corps, du cœur, de la chaleur et de la beauté est présent pour accentuer tous les termes bateaux vus et revus dans les chansons de nos jours.

Je suis une étoile est là aussi une parodie, la chanson est faite du point de vue d’un artiste qui se voit monter en popularité et qui se met donc à dénigrer tous les autres : il est le meilleur, il le sait et le monde entier va en prendre conscience par ce que de toute façon il mérite le meilleur. La vanité de cet artiste prend beaucoup de place et le tourne en ridicule. Le jeu de mot final étant la partie de la chanson qui plait le plus, il est surtout ce qui porte le mieux le message.

Yéyé ne veut pas de la célébrité si c’est pour qu’elle soit éphémère et qu’elle s’éteigne peu de temps après son arrivée, s’il est connu il veut que ça soit pour l’intégralité des messages qu’il porte, pour son talent et son art qu’il maîtrise de mieux en mieux et s’acharne à améliorer. C’est en tout cas l’image qu’il donne et je ne pense pas me tromper en l’affirmant.

Lien vers la chanson Prêt à tout : https://www.youtube.com/watch?v=ZbGdxf2z41c
Lien vers la chanson Je suis une étoile : https://www.youtube.com/watch?v=ldmJzhSq0po

3 & 4 : Éclore et Ton heure viendra

Ici, les compositions n’ont pas pour but la dénonciation mais l’encouragement dans un certain sens. Yéyé s’adresse à ses auditeurs et les invite à prendre leur mal en patience, à attendre un peu que leur tour arrive : La vie n’est pas faite que de mauvaises choses, il suffit d’attendre et la crise passera pour laisser place à de belles choses.

Éclore est un message de soutien : Yéyé sait que ça ne va pas, il sait que ta vie est dure, il sait exactement comment tu te sens, comment tu réagis et il l’exprime pour toi. Mais il n’y a pas que ça. Il ne voit pas que ce qui ne va pas, il ne voit pas que ta douleur ou ton ressenti de ta vie : Il voit ton potentiel. Tu es quelqu’un de magnifique, un être merveilleux qui a juste besoin qu’on le laisse ‘’éclore’’, qu’on le laisse devenir la personne qu’il est vraiment. C’est une chanson qui porte beaucoup de compréhension et d’espoir pour tous ceux qui en ont besoin.

 Ton heure viendra est aussi une composition qui porte de la compréhension : ‘’tu es jeune et les gens sont cons, trop cons pour toi en dehors de ce monde qui semble ne plus vouloir de toi. Mais tu es jeune accroches toi, ça va aller je te le promets, ça va aller… je te le promets...’’ Il faut croire ses paroles, il donne de l’espoir, il donne du courage et du cœur pour commencer chaque journée. Il faut vouloir croire ce qu’il chante parce que c’est vrai. ‘’Moi aussi j’ai hurlé : REGARDEZ-MOI !’’ Il sait ce que nous vivons parce qu’il l’a vécu.

Ces deux compositions font du bien au cœur et à l’esprit.

Lien vers la chanson Éclore : https://www.youtube.com/watch?v=3c5lfQtOXzg
Liens vers la chanson Ton heure viendra : https://www.youtube.com/watch?v=S-17Bh8lOfA

5 : Quelqu’un de bien

Chronologiquement situé après éclore et avant ton heure viendra, quelqu’un de bien est une libération pour Yéyé. Il y livre son cœur mais surtout sa douleur au point de finir l’enregistrement en pleurant. Ses années lycées ont été dures et mal vécue ponctuées par du harcèlement. Cette composition est intégralement chantée du point de vue de la ‘’victime’’, gagnant en puissance vocale et musicale à mesure que le morceau avance, le texte est poignant et la montée du volume sonore et l’arrivée de la souffrance dans la voix fait frissonner immanquablement tous ceux qui savent, tous ceux qui connaissent un peu trop bien le sujet de la chanson.

Écouter Quelqu’un de bien fait à la fois beaucoup de mal et de bien, exprimer ce qui est ressenti ou l’entendre être exprimé tire du cœur une grande souffrance pour y apporter apaisement et libération. 

Lien vers la chanson Quelqu'un de bien : https://www.youtube.com/watch?v=Vb5uRdhpVXw

6 : Je ne suis pas une erreur

Ici, il s’agit plutôt d’une complainte. Un adolescent préfèrerait être une adolescente. Pour se sentir mieux dans sa peau, il se maquille et se rase mais son père le rejette. Il a fait un fils, il veut que ce fils en reste un. L’adolescent se voit considéré comme une erreur, son père veut qu’il entre dans les cases de la société, qu’il en respecte les codes mais son enfant s’y refuse. Il n’est pas en accord avec son corps et son cœur et il se questionne : pourquoi se sent-il si mal ? Si différent ? A-t-il raté quelque chose, une leçon qui aurait fait de lui un garçon normal ? 

Yéyé plaide pour ceux qui changent de sexe, qui se sentent mieux en étant quelqu’un d’autre, en prenant l’identité qui leur aurait convenue. Il s’agit ici de se mettre en paix avec soi, de s’accepter, de se comprendre. Se sentir mal n’est pas une tare. Avoir besoin de changer n’est pas une tare. Décevoir ses parents est un risque à prendre pour être la personne que l’on a besoin d’être pour se sentir bien. On ne devient pas une erreur parce qu’on ne suit pas exactement le chemin que nos parents attendaient de nous. Il faut pouvoir être libre de faire ce que l’on veut de son corps pour être en harmonie avec lui, faire ce que nos parents attendent de nous pour ne pas les contrarier n’est pas une solution envisageable, les crises identitaires doivent être prises au sérieux, avoir le soutien de sa famille pendant les périodes de doutes peut parfois être essentiel. Pour s’accepter on a besoin que les autres nous acceptent. 

Lien vers la chanson Je ne suis pas une erreur : https://www.youtube.com/watch?v=d3KlJVUbDdU

7 : Complice par le silence

Les sujets sensibles sont la cible régulière de la plume de Yéyé. Avec Complice par le silence, il aborde celui du viol et des témoins de viols qui ne réagissent pas. Il n’est pas toujours aisé de savoir comment réagir dans certaines situations et il est normal de douter ou parfois même de s’abstenir. Mais s’abstenir lorsque l’on est témoin de quelque chose comme un viol n’est pas une option envisageable. Parfois une simple intervention oral, juste dire ‘’mec tu vois bien qu’elle a dit non, lâche la’’ suffit. Et pourtant le monde abrite des complices par le silence.

Le chanteur, par son texte, fait le choix d’un narrateur externe pour donner un point de vue global d’une situation. Le clip est tourné de telle sorte que l’on suit le chemin d’un homme lambda qui va prendre son métro et qui voit à sa station de départ un autre homme qui insiste un peu trop auprès d’une jeune femme. Sa rame de métro arrive. Il a le choix entre réagir ou monter dans sa rame. Il monte dans le métro tout en jetant quelques regards en arrière. C’est le début du remord qui se prolongera tout au long de la chanson. Le témoin se sent coupable. La victime se sent coupable. Ils portent tous les deux des ‘’écharpes de plomb’’.

Nous ne sommes pas tous témoins de ce genre de choses, c’est vrai, mais prendre la fuite n’est pas envisageable. Si l’on vient à en être témoin, la meilleure chose à faire est de réagir. Pas forcément physiquement mais appeler la police, appeler au secours… Il y a de nombreux moyens d’éviter de devenir complice par le silence. De nombreux moyens d’éviter d’avoir à porter une écharpe de plomb.

Lien vers la chanson Complice par le silence : https://www.youtube.com/watch?v=OhIWeHrOv-Y

8 : Ogre

Sans conteste l’une de mes préférées, Ogre est elle aussi une chanson à caractère polémique. Le texte traite de pédophilie. Attention cependant, il ne s’agit pas de dire ‘’olala, la pédophilie ce n’est pas bien, les pédophiles il faut tous les castrer !’’. On suit l’histoire d’un pédophile qui a conscience que quelque chose cloche chez lui, il tente de s’empêcher de faire du mal, de céder à ses pulsions mais il a beau demander de l’aide personne n’est là, il ne reçoit qu’incompréhension et mépris.
Il faut ici comprendre que tout le monde n’est pas blanc ou noir. Il n’y a pas d’un côté les gentils et de l’autre les méchants : il y a des personnes torturées, des personnes qui ont besoin d’aide, d’être comprises sans être jugées. Certaines personnes ressentent des choses et ont conscience qu’elles ne devraient pas les ressentir : les pédophiles en sont un exemple. Pas tous évidemment, il ne faut pas non plus se dire que tous les pédophiles sont en fait de gentilles personnes, qu’elles n’ont pas fait exprès et que oups un jour elles ont violé un enfant ou un adolescent. Il faut savoir faire la différence entre les gens qui savent qu’elles sont en train de faire quelque chose de mauvais qui va faire beaucoup de mal à beaucoup de monde et celles qui ont conscience que ce qu’elles voudraient faire est problématique et s’en empêchent afin d’éviter de répandre la douleur et le malheur. Ces personnes ont besoin d’aide. Elles ont besoin d’écoute, de soutien et d’être accompagnées.

Yéyé, grâce à Ogre, transmet ce message avec brio. Il faut savoir aider ceux qui en ont besoin, même si la raison pour laquelle ils ont besoin d’aide peut sembler extrêmement grave, il ne faut pas leur tourner le dos, les mépriser, ignorer leur appel au secours parce que non seulement ça ne les aidera pas mais ça peut aussi très bien les conduire à chuter, à se laisser aller à leurs pulsions.

Il y a en France peu de structures faites pour aider les pédophiles qui réclament de l’aide, mais il y a notamment l’association L’Ange Bleu à laquelle Yéyé a fait appel pour obtenir des renseignements et dont vous pourrez consulter le site en cliquant sur ce lien : http://ange-bleu.com/fr/laction-de-lassociation

Je vous recommande vivement de visiter ce site, ne serait-ce que par curiosité. Il contient beaucoup d’informations ainsi que des témoignages et est réellement très intéressant.

Je conclurai mon paragraphe sur Ogre en vous laissant avec la description du clip de Yéyé sur cette chanson : ‘’L’idée derrière cette chanson est de casser l’image du monstre qu’on se fait d’habitude des pédophiles. Je n’ignore évidemment pas ceux qui n’ont aucune empathie, les violeurs conscients qui s’assument. Je tenais simplement à mettre en lumière ces personnes (loin d’être minoritaires) ignorées du plus grand nombre qui ne demandent souvent qu’à être aidées, pour ne pas commettre le pire. Créons des structures d’aide et d’écoute pour les pédophiles, afin qu’ils puissent contrôler leur déviance, au lieu de nous concentrer sur les récidivistes (attendre qu’une agression se produise DEUX FOIS pour soigner quelqu’un, ça ne choque que moi ?) avec des méthodes souvent trop vagues et inadaptées. Je vous incite fortement à consulter le site l’Ange Bleu, une des trop rares structures en France à traiter la pédophilie à la source, en écoutant la personne au-delà de l’ogre sous sa peau’’

Lien vers la chanson Ogre : https://www.youtube.com/watch?v=T0chCacP8lw&feature=em-uploademail

Conclusion de la fouille : Mr Yéyé n’est pas ce qu’on pourrait appeler un Youtuber connu. Il n’a ‘’que’’ 13 000 abonnées. Cependant ses vidéos ont un contenu vraiment intéressant, presque chaque chanson est un message. Les clips sont de très belle qualité, variés et souvent surprenants, la qualité audio s’améliore (d’ailleurs nous pouvons régulièrement voir sur Twitter des messages pour nous dire que ‘’on n’a jamais eu un aussi bon son !’’).



Les Space Cowboys sont une grande famille qu’il est très appréciable de côtoyer, aussi bien sur les réseaux que pendant et après les concerts. Il n’est pas rare de se promener tranquillement en convention et de tomber au détour d’une allée sur un Cowboy de l’Espace qui se trouvait là par hasard lui aussi (et généralement ça se finit en chansons chantées un peu trop fort pour fêter ça). Trouver un endroit où loger n’est généralement pas un problème lorsque l’on se déplace pour aller voir un concert de Yéyé qui sillonne la France, un Space Cowboy sera en général toujours prêt à accueillir un autre Space Cowboy et ça permet de faire un peu plus connaissance entre fan d’un même univers !

Fan-art by Foxie Fern 
Pour moi, Yéyé est un artiste à suivre. Parfois ses opinions peuvent déranger mais il faut garder en tête qu’il prêche la tolérance et l’ouverture d’esprit. Son projet grandit au fil des mois et promet de prendre un jour une envergure impressionnante, il est l’un de ces artistes qui refuse de faire un titre qui buzzera un moment juste pour le plaisir de voir que l’on parle de lui partout pour au final être oublié au bout de quelques semaines. Yéyé est un chanteur qui pose son chapeau et sa guitare dans un coin, se met à chanter et regard avec fascination le monde et la vie. Il avance et voit qui le suivra et qui passera à côté de lui sans même le voir. Il ne suppliera personne de l’écouter s’il n’en a pas envie, il ne passera pas de contrat avec une maison de disque qui le forcera à faire des chansons dont le message ne compte pas pour lui, qui l’empêchera d’exprimer ce qu’il veut. Yéyé est un chanteur avec des valeurs et c’est peu fréquent et précieux.

Ne le ratez pas, vous pourriez tomber sur quelque chose que vous pensiez ne pouvoir trouver nulle part. Je le dis parce que j’y crois.

L’Archéologue du net